MAKOLO MUSWASWA Bertin

Contenu

  Covid-19 : la colère de Dieu ou la folie de l’homme ?

  

 

Référence bibliographique:

MAKOLO MUSWASWA Bertin, «Covid-19 : la colère de Dieu ou la folie de l’homme ?», Le Carrefour Congolais, 4,  2020, p.11-13 

 

Poème

 

Combien de fois devrions-nous, mes frères, 

 

Nous raser la tête pour pleurer les nôtres

 

Qui dans l’au-delà nous précèdent


 

D’un pas si pressé si surprenant ? 

 

 

 

Ils sont jaunes, blancs, noirs ou rouges 

 

Qu’importe la race sur le quai


 

Où siffle le train de la mort ?


 

Nous nous regardons les visages hagards.

 

 

 

A qui le tour demain, mes frères ?

 

Demain, mes sœurs, c’est déjà loin !


 

A qui le tour dans les secondes qui viennent ? 

 

Quel tam-tam rythmera notre deuil ? 

 

Regardez ici, mes frères,


 

Regarder là-bas, mes sœurs,


 

Les nôtres meurent en nombre comme les abeilles 

 

Que les flammes ont surprises dans leur ruche. 

 

 

 

Jetés dans des fosses communes, 

 

Enveloppés dans des plastiques noirs, 

 

Les nôtres n’ont pas de tombes


 

Sur lesquelles nous recueillir demain.

 

 

 

Nulle part n’a explosé la bombe atomique


 

Les cadavres des nôtres jonchent


 

La planète bleue qui danse, tourne et tournoie 

 

Dans la ronde millénaire d’où nous sommes exclus. 

 

 

 

A qui le tour demain, mes frères ?


 

Demain, mes sœurs, c’est déjà loin !


 

Les nôtres sont inhumés sans funérailles ni sépulture 

 

Est-ce la colère de Dieu ou la folie de l’homme ?

 

Ô mes frères, ne me tenez pas par le bras


 

Ni par les hanches, mes chères sœurs ! 

 

Laissez-moi pleurer sous mon masque


 

En pleurant sur mon sort je déplore le vôtre. 

 

 

 

Qu’elles rougissent simplement les yeux 

 

Ou qu’elles coulent à torrent


 

Sur les joues caves ou rondes


 

Les larmes lavent et dessillent les yeux. 

 

 

 

A présent je guette à l’horizon


 

La signature multicolore d’une autre alliance 

 

Où le divin dans ce corps si putrescible 

 

Ouvrira encore les voies de l’espérance.