LUHUSU TEKILAZAYA, LUNDAYI NGAL-TAMBU

Contenu

La prolifération des débits de boisson « Nganda » à l’université de Kinshasa et son impact

Référence bibliographique:

LUHUSU TEKILAZAYA, LUNDAYI NGAL-TAMBU, «La prolifération des débits de boisson « Nganda » à l’université de Kinshasa et son impact», Le Carrefour Congolais, 2,  2019, p.69-81

 

Introduction

L’étude que nous présentons cherche à réfléchir sur la prolifération des débits des boissons dans l’enceinte de l’université de Kinshasa.

En effet, depuis quelques années, les activités économiques se multiplient sur le campus. Dans cet article, nous avons plutôt choisi d’examiner une seule activité seulement à savoir : les nganda et les kiosques implantés dans le site Universitaire. Les Nganda sont des débits de boisson. Ces débits de boisson autorisés ou clandestins fusent dans tout le site. On y vent toutes sortes de produits, aussi la produits. Aussi les boissons alcoolisées comme la bière. Elle est consommée aussi par les jeunes étudiants et empiètent leurs participations à la formation. En ce moment où les discours politiques tentent d’élaborer des programmes d’encadrement de la jeunesse, il y a lieu de réfléchir sur l’invasion des activités économiques en milieu universitaires.

Pour réaliser cette étude, nous nous sommes appuyés sur l’approche génétique, consistant à révéler les sources, c’est-à-dire les causes réelles de l’émergence du phénomène étudié et son évolution. Pour faire cela, nous nous sommes basé sur une enquête de terrain menée respectivement auprès des détenteurs des nganda et kiosques dans le pourtour de l’université de Kinshasa et auprès de quelques personnes de la communauté universitaire. A partir de ces données, notre article se propose de chercher les sources ou les causes réelles de ce phénomène, les facteurs qui les favorisent, les conséquences qui en découlent sur la vie et le fonctionnement de l’Université avant d’exposer et interpréter les données recueillies.